! Discord officiel du serveur !
>>> https://discord.gg/MZYyYxd <<<

[NOUVEAUTE DISCORD] Une nouvelle commande !anwynn vous donnera l'état d'ouverture ou de fermeture des quartiers d'Anwynn ! (Tapez !help pour obtenir la liste des commandes

[Journal de l'archiviste Peter] L'Haruspice

Consultez la Grande Bibliothèque pour en apprendre plus sur l'histoire d'Althéa.
Avatar de l’utilisateur
Bibliothécaire
Animation (jeu de rôle)
Animation (jeu de rôle)
Messages : 18
Inscription : 23 août 2014, 19:11

08 nov. 2011, 11:32

L'Haruspice ne saurait être qualifié de divinité et encore moins de créature ou d'esprit, du moins en l'état actuel des connaissances que les civilisations successives ont accumulées au fil des millénaires et que notre Grande Bibliothèque consigne avec soin. De nombreuses exégèses ont été écrites par les érudits de chaque peuple ayant reçu l'avertissement du Juge et toutes s'accordent à émettre l'hypothèse qu'il soit apparu ex-nihilo en même temps que les Dieux. Est-il lui-même une création involontaire des excès des divinités, une sorte de pendant naturel et nihiliste ? Cette question reste sans réponse. Quoi qu'il en soit, l'Haruspice est, était et sera.

Les premiers écrits mentionnant son existence datent de la première et plus grande civilisation qu'Althéa ait connue, celle des Elfes. D'après la cosmogonie des différentes civilisations qui s'accordent sur ce point, ce sont les Dieux qui ont crée chaque espèce vivante. Les Elfes seraient le pur reflet de leur volonté de perfection, mais également de leur vanité à prétendre créer une forme de vie intelligente et parfaite. C'est ce défaut qui causa leur perte, en plus de l'attitude puérile des divinités qui se sont embourbées dans des luttes intestines, ne prenant pas au sérieux les avertissements de l'Haruspice malgré le baroud d'honneur de l'une des leurs, la déesse Neerya.

Leur deuxième création d'importance fut le peuple des Nains ; humbles, travailleurs et capables d'un artisanat de perfection, ils étaient la réponse aux travers des Elfes. Pour une seule et unique fois, le Juge eut un regard favorable sur cette civilisation. Les Nains, peuple besogneux, souffrait cependant d'un manque de clairvoyance et ils s'attaquèrent impulsivement au Juge, ayant avec malice prit l'apparence d'une créature hideuse et repoussante. Nul ne semble savoir pourquoi il apparu ainsi, mais depuis lors l'Haruspice fut irrémédiablement  considéré comme intrinsèquement mauvais, y compris auprès de la dernière création d'importance des Dieux, le peuple des Hommes.

Certains y voient la marque d'un retour ironique et désespéré à la vanité des divinités, d'autres au contraire à leur volonté de ne point commettre d'erreurs. L'humanité est le reflet exact des qualités et des travers des Dieux, capables du meilleur comme du pire, tiraillés entre désir de s'élever et des pulsions d'avilissement. Leur longévité limitée leur impose une asservissement à leurs désirs et leurs émotions contradictoires, érigeant des empires glorieux mais éphémères, s'embourbent dans des guerres fratricides tout en protégeant la veuve et l'orphelin, se perdent dans de sanglantes querelles religieuses mais développent une empathie sans égale pour les déshérités. L'humanité à mis des siècles à sortir des Âges Sombres issu d'un monde déserté des lumières elfes et des merveilles naines. Se pensant maîtres de leur destinée, les Hommes se jugent capables de dominer le monde et de déplacer les montagnes.

L'Haruspice n'est pas apparu physiquement aux Hommes pour leur délivrer son avertissement d'un jugement à venir, mais il a laissé des traces de ses intentions lors de son passage destructeur après des Elfes puis des Nains. Avant de s'éteindre, ces deux races ont consignées le message du Juge, qui à deux reprises avait annoncé ses intentions de venir à la rencontre de chaque création des Dieux. L'humanité à prit cependant au sérieux ce message prophétique et  ont depuis tenté d'apporter une réponse au plus grand questionnement de leur existence : quand est-ce que notre tour viendra ?

L'heure du jugement approche.

- Extraits du journal de l'Archiviste Peter, daté de la cent vingt septième année après la fondation de Waterfalls.
Verrouillé